Article rédigé par Susana Nunes, co-fondatrice de notre partenaire We do Good

 

Vous venez de vous lancer dans l’entrepreneuriat et vous vous demandez comment envisager le financement de votre start-up ? Les solutions de financement ne semblent pas manquer, c’est même compliqué de s’y retrouver !

Cependant, la première étape est souvent évidente car la plupart des financeurs vont vous poser la même question, déterminante pour qu’ils vous accordent un financement : quel est le montant de vos fonds propres ? Autrement dit : combien d’argent avez-vous mis dans votre propre entreprise ?

Cela peut sembler étonnant mais c’est assez logique : le fait que vous ayez vous-même financé votre entreprise les rassure en termes de prise de risque. Cela est une preuve de votre engagement personnel. Mais très souvent quand on se lance, on n’a pas les moyens financiers nécessaires pour cela. Alors, comment faire ? 

Vous avez quelques options, souvent complémentaires : faire appel à votre réseau personnel (love money), activer les aides de Pôle Emploi si vous avez eu un emploi salarié auparavant et demander un prêt d’honneur (qui vous est accordé personnellement et mis en compte-courant d’associé). Les deux dernières options sont assez encadrées, par contre pour la première vous avez le choix des modalités. Et le choix que vous faites peut avoir un impact significatif plus tard.

Pour bien anticiper cet impact, voici les différentes possibilités pour gérer votre love money, soit l’argent “des personnes qui vous aiment” et sont prêtes à soutenir votre projet.

 

Love money : gestion par le don ou l’emprunt personnel

Si les personnes qui sont prêtes à vous soutenir sont vraiment très proches, elles peuvent vous faire un don ou un prêt personnel. Vous pouvez ensuite investir cette somme dans votre structure, à votre nom, en tant que capitaux propres. 

Cette solution a l’avantage de ne pas impliquer vos proches dans la gouvernance de votre nouvelle entreprise.

Mais attention :

  • il est préférable que les conditions soient très claires pour l’ensemble des personnes concernées, écrites noir sur blanc, pour avoir une trace pour plus tard si besoin
  • n’oubliez pas les impacts fiscaux, pour vous ainsi que pour les autres personnes impliquées

 

Les royalties, une solution astucieuse pour gérer la love money

Si la première option vous semble trop délicate ou incompatible au niveau fiscal, vous pouvez leur proposer d’investir directement dans votre entreprise en échange de royalties. Dans ce cas, ils vont avoir droit à un pourcentage prédéfini du chiffre d’affaires de votre entreprise, que vous allez céder pendant une période déterminée. Un peu comme un prêt mais beaucoup plus flexible car les remboursements dépendent du chiffre d’affaires effectivement réalisé. Vous pouvez faire appel à une solution clé-en-main d’investissement, comme celle proposée par WE DO GOOD. Les transactions, les contrats et les attestations fiscales et comptables sont automatiquement générés en ligne, pour vous, ainsi que pour vos investisseurs.

 

Les BSA Air pour préserver la trésorerie

Enfin, vous pouvez leur proposer d’investir via un BSA Air ou “bon de souscription d’actions – accord d’investissement rapide”. Dans ce cas, vos proches ne vont entrer au capital de votre entreprise qu’à la survenance d’un événement ultérieur, comme par exemple une levée de fonds future. Et c’est à ce moment-là que la valorisation sera déterminée. Ils ne récupèrent leur argent que lorsqu’ils céderont leurs actions, il faut donc qu’ils soient prêts à attendre un peu.

En revanche, cela veut dire que vous allez probablement devoir intégrer ces personnes à votre capital à terme et qu’elles auront voix au chapitre lors de vos assemblées générales. Et vous devrez gérer leur sortie à un moment donné. Il convient pour cela de préparer dès l’émission des BSA Air le pacte d’associés. Un accompagnement par un avocat spécialisé est vivement recommandé pour ce type d’opérations.

D’autres solutions sont possibles, par exemple, l’émission d’obligations convertibles en actions ou simplement l’augmentation de capital pure et simple, mais elles sont plus complexes à mettre en œuvre et/ou moins adaptées au tout premier stade de financement d’une entreprise et à la love money. 

Si vous souhaitez approfondir le sujet, vous pouvez télécharger le guide sur la gestion de la love money. Vous pouvez aussi consulter le Livre blanc du Financement de l’amorçage, réalisé par WE DO GOOD en partenariat avec Estimeo. 

We do Good